Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

J'ai été malade, très malade et pendant longtemps .

 

Fin janvier 1998 j'ai subi une opération très longue (plus de sept heures) et délicate . Un éminent neurologue m'a oté un méningiome placé sur le cervelet, qui m'a-t-il dit plus tard se développait depuis environ une dizaine d'années, à bas bruit .

 

Un méningiome ? Je ne savais pas ce que c'était . Je l'appelais "mon géranium" . Une tumeur cérébrale , en fait .

Une dizaine d'années : Elle se développait tout doucement, sans aucun symptôme qui aurait permis de la déceler, comme des pertes d'équilibre, des chutes inopinées ... Mais elle ne me laissait pas indemne : je souffrais d'une dépression qui allait decrescendo, et me laisait quasiment comme un légume . Je n'étais pas absente . De temps à autre, j'intervenais avec pertinence . Mon regard, disait-on, interrogeait avec insistance parfois .

 

Je ne faisais plus RIEN . Je ne voulais plus sortir . Portais toujours les mêmes vêtements . J'en suis même arrivée à ne plus vouloir me laver . Et hurler sous la douche le jour où mon époux est parvenu à m'y faire entrer ... Le matin, il me quittait pour aller travailler . Il me retrouvait le soir, au même endroit dans le même fauteuil . C'est tout juste si je m'étais fait cuire des coquillettes à midi . J'en ai mangé des coquillettes alors . Avec tous les médicaments sur ordonnance, et de tels repas, j'en ai pris des kilos que j'ai dû perdre !!!

 

Trois fois par semaine, une visite chez la psy qui me voyait dégringoler sans trop savoir qu'y faire . Plus tard, elle m'a dit :

"Lorsque vous m'avez annoncé votre opération, j'étais sur le point de vous envoyer consulter un neurologue . Vu tout le travail que nous faisions, il n'était pas "normal" que vous n'alliez pas mieux !"

"alors, lui ai-je répondu pourquoi ne l'avez-vous pas fait ?" - j'appréciais beaucoup le "travail" de cette femme avec moi - "Madame, si nous envoyions tous les gens dépressifs passer un scanner ou un irm ...  Il n'y en a pas pour tout le monde ."

 

Mon médecin généraliste-référent avait baissé les bras, disant à ma fille qui lui demandait "Mais qu'est-ce qu'elle a Maman ?" - "Il faut t'y faire, ta mère sera comme cela jusqu'à la fin de ses jours !"  - Grand couillon !  Mais quand il a vu le résultat du scanner , il a mieux réagi !

 

Je suis devenue ce que l'on appelle à juste titre "un légume" ... Mais la vie continuait . Mes parents sont morts durant cette période . Je suis restée insensible . Ils n'ont pas connu avec moi la joie de la "résurrection" ...

 

Lorsque le Professeur neurologue, m'acceptant en consultation en urgence et entre deux rendez-vous a vu l'image : "je vous garde, et vous opère lundi ." Nous étions mercredi ..

"Mais je peux aller chercher ma brosse à dents et ma chemise de nuit ?" c'est tout ce à quoi je pensais  ... J'étais complètement OUT depuis belle lurette

Il s'est adressé à mon mari :"Où habitez-vous ? ... Promettez moi de revenir . Je m'occupe de réserver une chambre et l'anesthésiste" ... Tout est allé très vite .

 

Plus tard, il m'a dit : "Madame, je ne vous donnais pas huit jours avant d'être en chaise roulante , ou peut-être morte" . AUjourd'hui, rétrospectivement, ça me fait froid dans le dos .

 

(à suivre)   Belles Photos SELECTIONEES SUR LE WEB 30-06-2006 12-55-11 1

Tag(s) : #Marmotte ET Psychiatrie