Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Décidément, mon séjour de quelques années dans "La ville avec un accent" : NÎMES !

S'il fût difficile, il fût aussi riche pour moi en expression créative !

pour blog

(aperçu de quelques unes de mes sculptures sur terre)

Une fois par semaine, je me suis rendue à LA MAISON DES AÎNES qui proposait, entre autres activités, un atelier de sculpture sur terre . Ce n'était qu'un loisir, mais je m'y suis "éclatée" . Autant qu'à la chorale des CHOEURS FARIGOULE .

Nous étions un petit groupe sympathique d'artistes du mercredi !

 

                               encore un petit effort

Nous avions à notre disposition différentes sortes de terre pour réaliser nos sculptures. Soit une argile fine , rouge ou blanche  - celle-ci est utilisée surtout pour les objets en "faïence", ou de la terre chamotée : 

<< La chamotte, ou tesson broyé, est une argile brute cuite à une température de 1300 - 1400 °C, broyée et tamisée (pour contrôler la granulométrie des grains obtenus). La terre chamottée est une terre lisse dans laquelle s'ajoute de la chamotte. Dans certains cas, l'argile peut être mélangée avec du sable de rivière si l'on ne dispose pas de chamotte.

La chamotte donne de la structure à la terre de modelage.

Les pièces montées « tiennent » mieux, sans s'affaisser durant leur confection, pour autant que le degré d'hygrométrie et la plasticité de l'argile ne soient pas trop importants.

La présence de la chamotte diminue le retrait au séchage et à la cuisson. Elle permet également, si sa granulométrie est importante, de pouvoir modifier la structure de la pièce en ajoutant des parties nouvelles alors que la pièce est pratiquement sèche.

La présence de la chamotte facilite le séchage et évite les déformations et les fentes, qui se retrouvent souvent après la cuisson, lors de la réalisation d'objets plus ou moins volumineux.>>

 

C'est la chamottée que je préfère .

 

Une fois cuite, elle donne à l'oeuvre un aspect de pierre sculptée, très différent de l'aspect d'une oeuvre réalisée en argile fine .

 

 

L'argile est "travaillée" humide . Les mains sont les meilleurs des outils, surtout le pouce et l'index ! Pour les travaux plus délicats, on peut utiliser différents ébauchoirs, à bouts ronds, plats, ovales ... Et puis, libre cours à l'imagination ! clous, bouchons, couteau, fourchette ,fil de fer (très utile pour couper la terre) ....

 

 

Tant que la création est en cours, nous la conservons dans un linge humide, recouvert de plastique . Une des dernières étapes de la création consiste à évider la sculpture, suffisamment pour l'alléger, point trop pour ne pas la fragiliser ..

Une fois achevée, il y a un temps de séchage .

 

Puis de ponçage.

Ensuite vient  la cuisson dans un four de potier . A 850°-900° .

La sortie du four réserve toujours "la" surprise : la sculpture va-t-elle sortir entière ou aura- t-elle éclaté ? C'est une affaire de soin apporté à la préparation de la terre qui doit être sans bulle d'air... Il ne faut pas non plus que certaines parties de l'objet soient trop fines ... L'oeuvre doit être placée avec soin dans le four.

Puis vient le choix de l'aspect de la création . Elle peut rester telle qu'elle . Ou être cirée avec un cirage à chaussure, de la couleur souhaitée, ou autre cire ...

 

 

On peut aussi la recouvrir d'un émail (ici, manganèse,- je crois - ?-) qui nécessitera une seconde, voire plusieurs autres cuissons ... à une température plus élevée .

- Vase offert à ma fille lorsqu'elle était enceinte ....

Il ne s'agit pas là d'une sculpture. La technique est celle dite du "colombin".

(si cela t'intéresse, tu peux voir ici)

 

..... J'aime beaucoup l'art précolombien dont tu peux avoir une idée ici

http://www.galeriegolconda.com/category/amerique-precolombienne-galerie-golconda/

qui m'a inspiré ce vase  (technique du colombin)

 

et, cette sculpture, d'après un petit vase à khôl (sculpture)

 

 

 

Bas-relief à partir d'une photographie de mon grand père.

 

Tag(s) : #La Marmotte se souvient