Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

      Je relève dans WIKIPEDIA que


La chaconne, ou plus rarement chacone (on trouve aussi le nom italien ciaccona) est un genre musical pratiqué aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Initialement, la chaconne est une

danse populaire d'origine hispanique ou hispano-américaine et la pièce musicale chantée qui l'accompagne. Transplantée ensuite dans d'autres pays d'Europe, elle y devient une danse de caractère noble puis est abordée par les instruments, en orchestre ou solistes. C'est alors une pièce de grandes proportions, en mesure binaire ou ternaire, lente et solennelle, basée sur la répétition et la variation d'un thème comprenant en général 4 ou 8 mesures avec reprise. Elle est généralement construite sur une basse qui est un tétracorde descendant. L'origine en serait la forme « rondeau » (autre danse) avec refrain et couplets, ces derniers réalisant des variations du refrain, d'où l'impression de répétition.

À ce stade de son évolution, elle devient indiscernable de la passacaille, car les noms semblent interchangeables selon les compositeurs : Louis Couperin intitule une de ses pièces « chaconne ou passacaille » ; François Couperin fait de même dans sa première suite pour viole (passacaille ou chaconne) et semble éviter le problème en nommant une de ses compositions pour clavecin L'amphibie ; selon Mattheson, la chaconne est plus lente que la passacaille mais d'Alembert dit le contraire, etc. Cependant, la chaconne commence fréquemment en anacrouse sur le deuxième temps, contrairement à la passacaille dans laquelle le procédé est plus rare[1].

 

 

     La chaconne pour violon de Bach est, de très loin, la plus célèbre :

 

      Personnellement je n'aime pas le son du violon solo - je préfère celui de l'alto - Mais si l'on aime et veut avoir une idée de la question , voici l'interprètation d'un Maître .

 


 

 

  • un détail peu connu de la littérature : c'est ce morceau qu'Aldous Huxley demanda que l'on joue sur sa tombe, lors de son dernier voyage. La chronique veut que l'invitation fût relevée par Yehudi Menuhin à Los Angeles (1963).

 

  • le nombre considérable de transcriptions dont ce morceau a fait l'objet : guitare, harpe, orchestre de chambre, orchestre, accordéon orgue et bien entendu piano .

 

  •  c'est la transcription de Brahms, pour piano main gauche, qui révèle au plus profond les harmonies secrètes de cette pièce. (Composée pour un ami amputé après un accident, "la Chaconne de Brahms" reste un des grands moments du répertoire pianistique.)

 

La voici :

 

      

 

 

 


 

Tag(s) : #Marmotte écoute de la Musique