Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme souvent quand elle est écrite par Souchon lui-même, la musique est minimaliste (accords très simples) mais colle parfaitement au texte de la chanson ici humoristique (avec tous les détachés).

Ici encore, Souchon se sert des mots du quotidien apparemment banals (ce qui se rapporte à l'électricité) mais arrive, et c'est tout son talent, par des jeux de mots habiles, à en faire quelque chose de fin, de poétique !

 

Tout au long de la vie qui pique,
On prend des beignes
À vouloir toucher les filles électriques,
Des sacrées châtaignes.
On retrouve, couché par terre,
L'effet uppercut.
Les filles, sans en avoir l'air,
Ça électrocute.

Tout au long d'la vie qui pique,
On veut s'évader
En touchant, pour le physique,
Les filles dénudées.
On s'retrouve alors par terre,
Triste et tout nu.
En amour, de toute manière,
On prend du jus.

Tout au long d'la vie, c'est sûr,
On s'abîme le cœur
À vouloir mettre la main sur
Les filles conducteur.
La mélancolie des passions
Nous chloroforme.
Faut refaire toute l'installation:
Rien n'est conforme.

Tout au long d'la vie qui serre,
On s'égratigne
Au mystère des filles de fer,
Sur toute la ligne.
Ou alors faut s'isoler,
Comme dans un linceul,
Et jouer d'sa guitare tout seul
Sous les tilleuls.

Tag(s) : #La Marmotte se souvient, #Marmotte écoute des chansons, #Humour